Centre médico-social Basile Moreau

Uncategorized

La musicothérapie

Le projet de musicothérapie présenté par l’intervenante Thérèse DEWITTE.

La musicothérapie a déjà conquis les professionnels à la MAS Eugène Plaisant par ses nombreux bienfaits pour les résidents. Désormais, cette activité sera également proposée à la maison de retraite Saint-Joseph et à l’unité Manoir des Sources

La définition de la musicothérapie

« La musicothérapie est une pratique de soin, de relation d’aide, d’accompagnement, de soutien ou de rééducation, utilisant le son et la musique, sous toutes leurs formes, comme moyen d’expression, de communication, de structuration et d’analyse de la relation. 

Elle s’adresse, dans un cadre approprié, à des personnes présentant des souffrances ou des difficultés liées à des troubles psychiques, sensoriels, physiques, neurologiques, ou en difficulté psycho-sociale ou développementale. Elle s’appuie sur les liens étroits entre les éléments constitutifs de la musique, l’histoire du sujet, les interactions entre la/les personnes(s) et le musicothérapeute. » 

François Xavier VRAIT, directeur de l’institut de musicothérapie de Nantes, responsable du diplôme universitaire de musicothérapie à la faculté de médecine de Nantes. 

Musicothérapie réceptive

Musicothérapie active

Il s’agit de stimuler les perceptions afin de susciter l’expression. L’utilisation de l’écoute lors des séances est essentielle : musiques et chansons, chants, mélodies jouées par la musicothérapeute, vont générer des émotions. Écouter de la musique joue un rôle de catharsis et permet de mettre de la distance avec les émotions ressenties. La musique joue un rôle essentiel dans le lien social et la régulation des émotions (C. Petit 2016).

S. Samson et S. Dellacherie (2014) décrivent l’effet neuro psychologique de la musique : « La musique est tout à fait unique, car les mécanismes qu’elle implique simultanément, vont des réactions primaires dans le tronc cérébral à des processus cognitifs élaborés » et « Elle active de manière synchronisée cet ensemble de structures cérébrales en lien avec le ressenti émotionnel ».

Elle consiste à offrir un espace de jeu (au sens de D. Winnicot) où les personnes sont amenés à expérimenter leur potentiel créatif et musical dans cet activité. La voix et les instruments vont être support à l’expression. La musicothérapeute est attentif aux propositions et soutient les mouvements et propositions sonores et musicales des participants lors de la séance. Elle est garante des objectifs thérapeutiques et attentive au vécu psychique du groupe lors de la séance.

Le public de la musicothérapie

Les personnes âgées

Les personnes avec troubles cognitifs

La personne âgée qui se trouve en institution doit faire face à une multitude de pertes liées à son identité : autonomie, efficacité des capteurs sensoriels… Le vieillissement entraîne un ralentissement de toute la sphère de la personne. L’isolement conséquent peut être source de souffrance.

La perte cognitive entraîne une perte des repères spatio-temporels. Les personnes peuvent présenter des troubles du comportement, de la relation. Elles peuvent entrer en conflit avec l’autre ou au contraire s’isoler. Les difficultés pour s’exprimer peuvent être massives.

Intérêts de la musicothérapie

Rituels

Lors des séances individuelles, la musique et la relation thérapeutique sont appuis au cadre. La personne identifie peu à peu les sonorités, les propositions et entre en relation. 

Les séances collectives sont ritualisées afin de permettre aux personnes de créer des repères. L’adaptation des propositions est au service des objectifs thérapeutiques.

 

Temporalité

La musique structure le temps : le silence et les sons sont organisés par le rythme afin de créer la musique. Elle permet d’être ensemble en même temps, de se synchroniser. Lors des séances de musicothérapie, cette constituante de la musique est utilisée afin de favoriser la relation entre les membres du groupe.

 

Sensorialité

La musique vient solliciter les sens, tant au niveau de l’ouïe qu’au niveau du corps. Elle apaise et réchauffe (surtout lorsque la personne entre en action dans la séance).

 

Corporalité

La musique entraîne un élan du corps : marquer le rythme de la tête ou des pieds, fredonner ou chanter. L’effet de groupe entraîne la personne à se mobiliser corporellement et psychiquement. Cela entraîne un mouvement moteur au changement.

Créativité

Cadre psychique

La dynamique des séances permet de restaurer les capacités d’expression, de relation et de communication

Le mouvement permet l’engagement des résidents dans un processus créatif : la musicothérapeute soutient les propositions afin d’amener le groupe à créer quelque chose d’unique.

L’objectif est de restaurer la « voix » unique de chacun, tant dans la forme que le fond.

Le groupe a fonction de contenance, dans le sens limitation de ce qui peut se passer à l’extérieur du groupe pour chacun des individus, et dans le sens tenir ce qui se passe à l’intérieur du groupe par rapport à l’environnement habituel de la personne. 

Ce cadre rassure : il est important de le maintenir dans la durée tout en lui permettant une souplesse, au regard de ce qui se passe pour le groupe.

Le thérapeute est garant de l’adaptation de celui-ci. C’est lui qui l’identifie et le formule avant qu’il soit identifié par les patients, mais aussi par l’institution et le personnel de celle-ci.